51/ L'Inde racontee par le frerot : Jonglage a Mysore

Publié le par Albin Philipps

Après une longue journée d'exploration à travers les temples indiens, d'achat d'offrandes pour que les dieux restent cléments avec nous et nos futurs réincarnations, nous voilà stoppés à un stand pour s'offrir enfin un truc utile. Un verre de sirop de sucre de canne.
Autour des nous des vendeurs s'acharnant sur nous afin de nous vendre tout surtout n'importe quoi. Mon père capitule, ma mère reste insensible à ce démarchage récurrent et moi je signe pour un jeux de deux petits aimants ( pour la modique somme de 60 roupies; j'aurais la joie de découvrir le même objet 30 roupies moins chère dans un magasin genre foire fouille à MYSORE).
Bien sur, comme en Inde il y a toujours une divinité à aduler, les stands et marchands ambulants sont marketinguement installés à coté d'un magnifique Taureau de plusieurs mètres de haut. Je ne me souviens pas  de la raison de ce trophée mais si je vous dis qu'il ya une relation avec SHIVA , CHAKTI ou GANESH vous me croyez...?
 
Notre chauffeur polytechnicien nous ramène avec savoir faire à notre point de départ, 
Nous voila de retour à l'hotel: à ce moment je dormais dans la chambre de mon fréro et de sa "femme", ah oui maintenant ils sont mari et femme. J'imagine que c'était plus simple de coller à la tradition que d'expliquer à chaque fois qu'ils sont ensemble depuis 8 ans...bla bla bla. Technique pour gagner du temps à la réception des nombreux hotels visités par notre couple international.
 
C'est alors que nous avons décidé de profiter du magnifique parc juste en face de l'hotel, royaume de nos nuits. ( Je dors cette fois sur une paillasse problement vieille de 20 ans ( épaisseur 2 cm ) qui problement à échappé au regard inquisiteur de la femme de ménage...)
 Qu' a ce la ne tienne c'est bon pour le dos.
 
Donc nous voila partis en direction du parc. Notre Helena à préféré s'entrainer au sudoku bien au chaud dans la chambre n410.
 
En sortant de l'hotel, nous croisons un chauffeur de réchauf (ou rétchaud...Helene : en fait c'est rickshaw !) un ingénieux système de locomotion,  machine hybride entre la mobilette et la 2 CV. Celui-ci nous accompagne jusque sur notre lieux de divertissement.
 
Le décor : Plantés entre 2 arbres qui semblent en méditation nous sortont nos balles de jonglage. Je note, toujours avec surprise qu'il y a des vaches qui broutent tranquillement et qui nous observent comme  si nous étions des bêtes curieuses. Du point de vue d'une vache hé bien oui, nous somme des bêtes curieuses faisant voler dans les airs des sphéres multicouleurs. El fréro, plus studieux s'est équipé d'un boukin sur la méditation et s'intruit tel un sage assoiffé de connaisance dans le but ultime de mieux se connaitre et respirer de toute son âme à chaque seconde que la vie nous offre. Je crois qu'on peut appeler cela "l'état de plénitude continu".
 
Au bout de 30 min de jonglage je m'apercois que les vaches ne sont plus notre seul public. Une bonne dizaine d'indiens se sont joints au troupeau pour m'observer et admirer Jerôme dans ses postures alliant si bien fléxibilité, fermeté et maitrise du CHI. Nous avons même droit à quelques appaudissements.
 
En regardant bien autour de moi je m'aperçois que nous sommes bien dans un contexte surréaliste:
Dans un parc peuplé de vaches au beau milieu d'un ville immense, coincé entre deux axes routiers surchargés de bus, voitures et bien sur de rétchauds ( décidement je n'arrive pas à orthigrapher cette machine)
 
Le ciel semble nous dévorer, les couleurs du coucher de soleil se mélangent comme sur la palette d'un peintre en pleine création. Quel moment inoubliable!
 
C'est alors qu'un invité improbable entre en scène: LE MOUSTIC. Retour en urgence à l'hotel pour se préarer à diner dans un restaurant dument sélectionné dans le routard.
 
Albin

Publié dans Inde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article