59/ Holi...un holy day !

Publié le par Hélène

Ecrivant cet article depuis la Chine, je n'ai plus mon Lonely Inde et ne peux donc pas precisement vous expliquer ce qu'est Holi.
En gros c'est un jour de fete, qui a lieu tous les ans et qui celebre l'arrivee du printemps...ou des moissons, ou un truc du genre. En tous cas c'est hindou.
Cette annee c'etait le 22 mars, mais ca commence en fait deja la veille.
Et comment ca se manifeste ?
D'une maniere tres gaie et tres coloree: en aspergeant tout le monde de couleurs !
Soit sous forme de pigments de couleurs en poudre, soit en melangeant ces pigments avec de l'eau et en utilisant des pistolets a eau ou assimiles.
Plus d'une semaine a l'avance, on voit dans chaque ville du pays, des petits stands vendant des doses de pigments -  rose petant, vert, jaune, rouge, bleu - et les pistolets. C'est joli, ca rajoute encore de la couleur dans ces paysages indiens deja si colores.

Puis la veille, la fete commence deja de maniere anticipee et les enfants aspergent ou etalent consciencieusement les pigments sur des adultes consentants.
Mais ca nous on ne le savait pas, que ca commencait a l'avance...on n'avait donc pas du tout prevu notre coup. Et plus drole encore que de "colorer" un indien, qu'y-a-t-il ? Asperger les touristes voyons ! Nous voila donc dans un velo rickshaw qui nous amene du bus jusqu'a la gare quand une bande de gamins se jettent, et il faut le dire, s'acharnent sur nous. Nous voila donc joliment colores pour prendre le train.
D'autant plus que les coquins ont fait des melanges aux niveaux de concentration en pigments tres eleves.

         
Heureusement il y a une douche a la gare. Il faut quand meme frotter et relaver 4 ou 5 fois un meme endroit pour enlever les pigments sur notre peau. Mes cheveux, que j'ai egalement laves immediatement, et relaves 5 fois le lendemain, sont toujours bleus 2 semaines apres...Mais ca s'estompe, d'apres Jeronimo, donc je ne desespere pas de retrouver ma couleur naturelle, que je considere quand meme plus seyante !
                                  
Quant a nos fringues, elles sont irrecuperables. On les fera finalement teinter, en noir, car elles sont tellement chargees de toutes les couleurs que seul le noir peut toutes les recouvrir.

Ca c'est pour le premier jour, alors que la fete n'est pas encore commencee.

Le lendemain, c'est bataille rangee dans les rues toute la matinee.
C'est tres clair, les magasins sont fermes, les rues sont vides de vehicules. Les rues sont egalement vides de femmes car il semblerait qu'une femme dans la rue a ce moment-la s'expose a des problemes...je ne sais pas exactement lesquels mais j'en conclus : que les hommes s'acharnent sur elle avec les couleurs, et que ce soit l'occasion d 'attouchements etc.
Les femmes restent donc a la maison et s'y amusent entre elles.
Ne sortent que ceux qui sont prets a se battre...et nous, qui sortons du train et devons aller a notre hotel.
On trouve un des seuls auto-rickshaws de la ville qui roule aujourd'hui...meme si le conducteur et son accolyte se sont a mon avis fait un bang lassi (le lassi est une boisson indienne a base de yaourt liquide. Dans certaines villes indiennes sacrees ou certains jours de fete, on boit du bang lassi, un lassi au haschich)...
Jeronimo a rempli 2 bouteilles d'eau dans le train, et on s'arrete en route pour acheter des pigments a melanger, histoire de pouvoir quand meme un peu se defendre. Et c'est parti !
Heureusement aujourd'hui on est en auto-rickshaw et on fait des cibles quand meme moins faciles qu'en velo-rickshaw hier, en plus le chauffeur fait des detours expres pour eviter les rues les plus "risquees"...
Bien evidemment on n'echappe pas a quelques couleurs, mais ici les doses de pigments dans l'eau sont raisonnables, et j'ai prevu mon coup : j'ai mis ma shower cap (ma charlotte de bain) !
Dans la rue ? Oui messieurs dames, mais je n'ai pas honte, c'est toujours mieux que les cheveux bleus !
Nous arrivons donc a notre hotel colores, mais raisonnablement...

                

Notre chambre a un petit balcon qui donne sur la rue, et on s'y installe pour assister au defile des mecs qui vont se rincer au ghat voisin.

 


Il est 13h, c'est la fin des batailles de couleurs dans la rue.
Tout le monde rentre chez soi, se lave, se change pour un dejeuner familial, puis l'apres-midi on va au temple. Les couleurs sont toujours de mise, mais cette fois c'est juste des pigments sur le front...

Le lendemain la ville est encore coloree : on voit des pigments asperges sur les murs, le sol, des animaux multicolores (meme les vaches en ont pris pour leur grade !), et de vieux indiens aux cheveux blancs devenus roses ou verts. Ouf je ne suis pas la seule !

  


Apres verification, il parait qu'au bout de 2-3 jours, ou 2-3 lavages, selon les sources, ca disparait.
Ca fait 2 semaines !
Mais c'est vrai, ca s'estompe : ca devient vert !

 

Publié dans Inde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

olive et pierrot 10/05/2008 22:48

Hola amigos !!Que d'aventures vous vivez !Helene, tu es tres mignonne avec ta charlotte. Une nouvelle vague va-t-elle arriver jusqu'en France ?J'ai oublié de vous dire : Maman est fan de votre blog qu'elle regarde tres frequemment !Bisous