17/ Afrique, terre de croyances

Publié le par Hélène

Afrique…terre de croyance

Musulman, catholique, ou animiste, en Afrique, quand on croit c’est à fond ! Pas de demi-mesure en matière de croyance. Là-bas, pas de blasé de la société de consommation qui ne croient plus en Dieu…Il y a forcément un Dieu, il est très puissant, et régit la vie des gens.

Au pays dogon, partagé entre animisme et catholicisme, il y a une église dans chaque petit village où il y a des chrétiens, et la messe c’est tous les soirs…(même si c’est un peu comme ici, tout le monde n’y va pas). Et à Ouaga où nous nous sommes fait un ami, Lazare, celui-ci passe 50% de son temps à nous parler de Dieu et de religion…

A Ouaga également, en pleine journée en pleine rue, on croise des groupes de 20 ou 30 personnes agenouillées sur des nattes sur un trottoir de la capitale pour honorer Allah. Il nous est également arrivé que la couturière chez qui nous étions pour faire des vêtements s’interrompe en plein travail pour installer sa natte devant nous et faire sa prière…

Et quand un soir on salue notre interlocuteur et qu’on lui dit « A demain », sa réponse n’est jamais « A demain », mais « Inch Allah », si Dieu le veut…

Quand à l’animisme, il est également très présent et très fort…on croise un type avec une chèvre qui refuse obstinément d’avancer et 3 poules affolées…c’est parce qu’elles savent où elles vont : il va les égorger au dessus de son fétiche pour l’honorer…

 

Mais en Afrique, il n’y a pas que la religion en laquelle on croit. Il y a aussi les marabouts, et les superstitions…

Un pêcheur s’est noyé dans le fleuve. Mais non il ne s’est pas noyé : le fleuve l’a mangé ! Eh oui le fleuve a une volonté propre…

Des vieux qui sortent de leur corps la nuit et dont l’esprit peut voler jusqu’en Europe ou en Amérique pour aller tuer quelqu’un….une histoire à dormir debout ? Non non cela existe, je vous le jure. Mais comment font-ils pour avoir ces pouvoirs d’ailleurs ? Eh bien ils volent l’âme des bébés, bien évidemment, et plus particulièrement des bébés de leur famille (ça marche mieux comme ça)…

Vous voulez devenir riche ? Vous avez le choix : soit vous tuez un homme et lui prenez ses testicules. Soit vous tuez quelqu’un (eh oui c’est quand même obligatoire), vous lui coupez la tête et la mettez chez vous. Quand la tête ouvre la bouche et fait un grand « AHHHH », cela signifie que vous allez gagner beaucoup d’argent.

Un homme qui en vous serrant la main, messieurs, fait disparaître votre sexe ? Oui oui c’est tout à fait possible. C’était un arnaqueur (sacré arnaqueur quand même !) dont le compère vous proposait ensuite un antidote qui venait revenir Gérard (ou Victor, ou « la bête », en fonction du petit nom que chacun d’entre vous lui donnez) miraculeusement…

Autant d’histoires (et il y en a plein d’autres) qui illustrent un peu le niveau de croyance (oserais-je dire de crédulité ?) des africains..

 

D’ailleurs un grand nombre de marabouts officient, et ce avec beaucoup de succès…beaucoup de succès signifiant pour moi beaucoup de clients. Quant à savoir s’ils ont également beaucoup de succès dans leurs prémonitions, visions et autres, c’est une autre affaire. Mais ça n’empêche pas les africains d’y croire beaucoup.

Je vous avais déjà raconté dans l’article « Les prédictions du marabout » notre première rencontre avec un marabout. Je n’avais jusque là pas encore eu l’occasion de vous conter ma deuxième expérience. Non pas que j’y ai tellement cru la première fois que je sois devenue une accro des visites chez les marabouts, mais on m’y a emmené sans que je sache où j’allais.

J’étais avec Sirah, notre amie malienne dans la famille de qui nous avons passé 10 jours à Manantali. Elle m’emmène faire un tour en me disant « Viens on va s’amuser ». Bon, ok.

On arrive chez une femme qui lance de petits coquillages sur un espèce de dessous de plat en osier. Une maraboute, évidemment ! D’abord elle les tend à Sirah qui les serre dans sa main, et comme lors de notre dernière visite chez le marabout, leur dit (mais silencieusement) quelles sont ses préoccupations, questions, etc. La maraboute les jète, ils tombent sur le côté pile ou face, elle en retourne quelques-uns, les retend à Sirah qui les relance etc. Cela dure une éternité, à chaque lancer la maraboute dit quelques phrases, Sirah acquièse ou demande des précisions, la maraboute parle encore, etc. Il faut préciser que je ne comprends rien car elles parlent en bambara, et à part « bonjour » « au revoir » « merci », « c’est bon » ou « le soleil brille, il fait chaud », mes connaissances en bambara sont nulles. En tous cas je suis assez impressionnée. A part les chuchotements des 2 femmes, le silence règne, l’atmosphère est assez solennelle et je commence à me dire que peut-être cette maraboute là n’est pas une arnaqueuse…

Puis Boi, le petit frère de Sirah qui nous accompagne m’annonce que c’est mon tour. Lui parle français et est en fait là pour me faire la traduction…Je ne suis pas hyper enthousiaste, j’oscille entre le « encore des prédictions à la manque » et « et si elle a avait vraiment un don : je ne suis pas sûre de vouloir savoir ce qu’elle va me dire…». Mais je n’ai pas vraiment le choix, cela ferait de la peine à Sirah si je refusais.

Me voilà donc en train de « parler » aux coquillages dans ma main…Puis il faut que je lui parle un peu de moi et de mes préoccupations (eh ouais sinon ce serai trop compliqué): je dis que je suis en voyage avec mon mari pour découvrir l’Afrique…Puis le jeu des lancers, relancers etc. commence, ponctué à chaque fois d’une phrase : « Votre mari (oui là bas on disait qu’on était marié, pour éviter que mon charme légendaire n’agisse trop fort et que je me fasse draguer continuellement…) vous aime ». Retournement de coquillage, lancer. « Votre mari vous aime beaucoup ». Lancer de coquillages. « Votre maman pense à vous »…Retournement de coquillages. « Rien ne vous trouvera pendant votre voyage » : traduisez « vous n’aurez pas de problème pendant votre voyage »…Lancer « Votre mari vous aime vraiment beaucoup »…Lancer « Votre maman pense à vous tous les jours ». Etc.

Donc effectivement ça dure longtemps puisqu’à chaque lancer elle rajoute un mot (on passe de « votre mari vous aime » à « vous aime beaucoup » puis à « vous aime vraiment beaucoup » : quelle perspicacité dans ces coquillages !)…mais permettez-moi quand même de douter de la véracité des dons de cette maraboute. Quelle mère ne pense pas à son enfant en voyage au bout du monde ?

Enfin, Sirah, consciente de mon scepticisme, essaie de me convaincre : «  Tu sais quand j’étais enceinte, certains marabouts m’avaient dit que j’aurai une fille, et elle m’avait dit que j’aurai un garçon ». Sirah est maman d’un petit garçon. 1 chance sur 2…

Enfin quand même soyons juste avec cette femme, au moins elle n’était pas chère. Pas de proposition à 250 000 F CFA comme le 1er marabout, et la « consultation » ne nous a coûté que 100 ou 200 F CFA…

Mais quand on va voir un marabout, ce n’est pas que pour obtenir des prédictions. On peut également lui demander de jeter un sort à quelqu’un.

Bénédicte, chez qui quelqu’un avait volé de l’argent, est allé voir un marabout pour lui demander que le voleur ait la main qui gonfle…(personne n’a eu de symptôme pendant que nous étions là !). Et cela peut parfois être bien plus mal intentionné…

 

Afrique…terre de croyances                 

Enfin tout ça pour dire que les africains sont plein de croyance…et de croyances.

En effet, toutes ces croyances ne s’excluent pas les unes les autres, elles cohabitent et coexistent. Ainsi un fervent musulman va régulièrement voir son marabout. Et un catholique invétéré  peut également être animiste et pratiquer des sacrifices.

Tout en croyant bien évidemment aux superstitions…

Du coup les systèmes se sont un peu adaptés à l’Afrique : par exemple l’église protestante pratique des « prières de feu », pour exorciser les fidèles possédés ou sur lesquels on a jeté un mauvais sort.

 

Nos 3 mois en Afrique sont maintenant terminés, et malgré notre culture cartésienne, toutes ces croyances nous ont influencés, et nous ne pouvons nous empêcher de voir des signes, de se dire que certaines coïncidences n’en sont pas vraiment etc. C’est que l’Afrique est puissante…et l’Afrique a ses mystères qu’elle seule connaît…

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article